Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Sports d'hiver : la glisse sans accroc

11 janvier 2017

Des vacances à la neige, ça se prépare ! Une fois sur les pistes, quelques règles de bonne conduite sont à respecter pour garantir plaisir et sécurité. Pour vous accompagner là-haut, petit mémo de Lionel Sanz, qui marie avec sérénité les fonctions de pisteur/secouriste et de conseiller Macif.

Lionel Sanz, pisteur/secouriste et conseiller Macif à l’agence de Saint-Jean-de-Maurienne (73).

« Le secours comme le conseil sont des activités où la dimension humaine et la relation de confiance sont indispensables pour mener à bien mes missions et donner un sens au mot aider. »

J-30

Si votre activité physique a été quasi inexistante le reste de l’année, il est indispensable de vous préparer physiquement un mois avant votre séjour au ski. La pratique de la marche, de la natation ou du footing feront travailler vos muscles et vos articulations, et les réhabitueront à l’effort. Cette petite préparation aura un effet préventif sur les accidents.

J-15

"Don’t worry, ski happy", à condition d’être bien assuré. « Vous n’avez pas forcément besoin de souscrire un nouveau contrat d’assurance, car vous êtes peut-être déjà couvert sans le savoir, explique Lionel Sanz. Faites le point avec votre conseiller Macif habituel pour connaître votre niveau de protection en cas de secours sur les pistes, de rapatriement. À défaut, vous pourrez toujours souscrire le contrat Garantie Accident pour protéger votre famille.* »

* Les garanties et prestations sont accordées dans les conditions et limites fixées au contrat souscrit.

Jour J

Avant d’entamer votre première descente, un peu d’échauffement est indispensable. Par exemple, descendez des pistes faciles pour commencer votre journée. Sans mise en condition, vous risquez de vous blesser et de gâcher votre séjour.

Skier épuise l’organisme. Pensez à boire et à manger régulièrement. Avec le froid, l’altitude et l’effort, le corps doit faire face à une dépense énergétique inhabituelle.

Pas de sécurité sans matériel adapté… Louez ou faites vérifier vos skis par un professionnel. La moitié des entorses du genou sont dues au non-déclenchement des fixations ! Pour les lunettes, la catégorie 3 qui protège de 82 à 92 % des rayonnements du soleil est un minimum. Complétez cette protection par une crème solaire adaptée à votre type de peau, même par temps de brouillard.

… et pas de bonnet de lutin ! Le casque (norme EN 1077) est une protection indispensable pour tous les pratiquants, surtout les enfants. Plus de la moitié des accidents impliquant la tête provoque des traumatismes crâniens ou des lésions graves. Le casque est souvent proposé lors de la location de matériel de ski.

Enfin, n’oubliez pas que les pisteurs/secouristes sont là pour vous donner toutes les informations nécessaires lors de votre séjour sur le domaine skiable. Ils sont, comme aime à le rappeler Lionel Sanz, « des balises vivantes à la disposition des pratiquants ».

Bébé à la neige, attention à l’altitude ! Comme le souligne Lionel Sanz, « les bébés et les jeunes enfants ne supportent pas toujours bien l’altitude. Jusqu’à sa première année, il ne faut pas dépasser les 1 200 mètres. Au-delà d’un an, vous pourrez choisir une station de plus haute altitude, mais ne dépassez pas les 1 800 mètres. »

 

Ski : pourquoi porter un casque

Vacances au ski : objectif sécurité

Ski : quel équipement de protection choisir ?

Ski : le code de bonne conduite sur les pistes

Mots clés :
Partager l'article :
Un instant SVP...