Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Comment naviguer en sécurité

La mer peut être dangereuse. Des conseils de professionnels pour limiter les risques quand vous naviguez.

La France compte 4 millions de plaisanciers. En 2007, près de 4.000 navires ont été assistés par les Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (Cross). La difficulté de manœuvre du navire est la première cause d’intervention des secours. 65 % du budget de la SNSM a été consacré au sauvetage embarqué en 2007.

Avant de partir

Les conseils de Hugues Du Temple, chef de base de l’école Macif Centre de Voile (MCV) à Marseille, et de Jean-Pierre Le Bars, formateur MCV à Marseille.

Consultez la météo avant de partir. Les bulletins sont affichés dans les capitaineries, sur Internet – notamment sur le site de Météo France – et sur votre bande radio aéronautique VHF. En cas d’alerte, le Cross émettra sur le canal 16.

Demandez conseil aux habitants pour connaître les effets de sites, et méfiez-vous des allures portantes - le vent paraît plus faible qu’il ne l’est en réalité !

Établissez un parcours adapté à la catégorie de conception de votre bateau et à son armement de sécurité. Avant le départ, informez une personne à terre de votre parcours, et prévoyez des zones de repli (port ou mouillage) en cas de fatigue ou de mauvais temps.

Des avis urgent aux navigateurs (Avurnav) sont affichés dans les capitaineries. Consultez-les afin de connaître les modifications de balisage, la présence de dangers, d’épave ou de manœuvres.

Concernant l’armement de sécurité, faites l’inventaire du matériel en présence de tout l’équipage. Contrôlez la validité des fusées, des extincteurs et du radeau de survie. Prévoyez une pharmacie de premier secours et des gilets de sauvetage et de harnais en nombre suffisant.

Effectuez régulièrement la maintenance de votre embarcation. Faites réviser votre moteur par un professionnel, et jetez un œil sur vos niveaux avant chaque départ. Vérifiez le fonctionnement de la pompe de cale, l’état des vannes, des batteries et du presse-étoupe. A noter que la maintenance des bateaux à voile nécessite des vérifications spécifiques.

En mer

Les conseils de Hugues Du Temple, chef de base MCV à Marseille, et de Jean-Pierre Le Bars, formateur MCV à Marseille.

Repérez le balisage
Si vous avez un permis bateau, faites une petite révision des marquages latéral et cardinal. Pour les utilisateurs de voilier sans expérience, il est conseillé de faire au préalable un stage dans une école de voile.

Vos cartes de navigation seront idéalement à l’échelle 1/50 000 et mises à jour. Pour identifier les cartes nécessaires, consultez le site Internet du Service hydrographique et océanique de la marine. Attention, avec les cartes électroniques, certaines marques de dangers disparaissent si vous oubliez de zoomer sur le traceur.

Dans les chenaux, conformez-vous aux règles suivantes :

  • respectez le balisage ;
  • respectez la vitesse limitée ;
  • en route opposée, serrez à droite ;
  • traversez par la perpendiculaire aussi vite que possible ;
  • respectez les bateaux de plus gros tonnage ;
  • ne forcez pas la priorité ;
  • mouillage interdit sauf cas de force majeure.

À l’arrivée

Les conseils de Hugues Du Temple, chef de base MCV à Marseille, et de Jean-Pierre Le Bars, formateur MCV à Marseille.

Choisissez une zone de mouillage abritée du vent et de la houle. Assurez-vous de disposer de trois fois la hauteur d’eau minimum en longueur de chaîne.

Respectez et surveillez les autres bateaux – le rayon d’évitage - et n’hésitez pas à demander à vos voisins leur longueur de chaîne.

Concernant vos alarmes de mouillage, vous pouvez utiliser le sondeur, le GPS, le radar et naturellement la veille par l’équipage. La nuit, signalez-vous par un feu blanc sur 360, et le jour par une boule de mouillage.

Voilier

Les conseils de Hans Roger, chef de base MCV à La Rochelle.

À terre, pensez à vérifier périodiquement le gréement dormant (mât, bôme, haubanages..) et l’état du gréement courant (voiles, amarres...). Si votre voilier dispose d’un moteur, entretenez-le et vérifiez la tenue de charge de vos batteries. Un coup d’oeil sur le système de barre détectera d’éventuelles faiblesses. Concernant l’électronique embarquée, une remise en route et un contrôle avant de partir est utile.

En mer, respectez les règles de barre et de route :

  • un navire tribord amure (vent venant de la droite) est prioritaire sur un navire bâbord amure (vent venant de la gauche);
  • pour deux voiliers sous des amures communes, le navire sous le vent est prioritaire;
  • lorsque deux navires sont sur la même route et se rattrapent, le navire rattrapé est prioritaire, et le rattrapant devra s’écarter en passant sous le vent.

En cas de grain (vent forcissant), pensez à prendre un ris, c'est-à-dire réduire la surface de toile pour vous adapter aux nouvelles conditions météo. Dans le cas d’une mer formée, harnais et gilet de sauvetage sont impératifs.

Bateau à moteur

Les conseils d’Alain Mémetau, formateur MCV à Vannes et de Jean-Pierre Jamain, formateur MCV à la Rochelle.

Avant de partir, vérifiez votre disponibilité en carburant et l’état de fonctionnement de votre électronique embarquée.

En mer, respectez les limitations de vitesse, surtout près des zones côtières fréquentées. Si vous naviguez sur un bateau doté d’un système propulsif dont la puissance est supérieure à 6 chevaux, le permis mer est obligatoire. Les voiliers sont toujours prioritaires, pensez-y au moment d’un croisement !

Fortunes de mer

Les conseils de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) pour se mettre en sécurité.

Pannes de moteur
Sortez votre boîte à outils, vérifiez l’alimentation en carburant, les filtres, et testez votre batterie. Près des côtes, mettez-vous à l’ancre pour éviter une dérive et un échouage. Si vous n’arrivez pas à résoudre la panne, appelez les navires qui croisent à proximité. S’il n’y en a pas, donnez l’alerte par le canal 16 de la VHF (ou composez le 1616 sur votre téléphone portable), ou encore tirez une fusée parachute.

Mât cassé, voile déchirée
Ramassez l’intégralité des éléments du gréement endommagé à l’intérieur du bateau. Dans le cas d’une grand-voile déchirée, gardez si possible le foc hissé, afin de rester manœuvrant. Si vous ne parvenez plus à manœuvrer, alertez les secours par le canal 16 de la VHF (ou composez le 1616 sur votre téléphone portable), ou encore tirez une fusée parachute.

Éviter l’échouage
En cas de panne ou de bris de gréement, et quand la configuration vous le permet, mettez-vous à l’ancre. Gardez toujours votre puits d’ancre opérationnel et bien rangé, afin de ne pas perdre de temps au moment du mouillage d’urgence.

Blessé à bord
Le Centre de consultations médicales maritimes (CCMM) est un service des SAMU chargé de l’aide médical en mer, notamment pour les urgences vitales. Pour le contacter :

  • par radio VHF en relais avec les CROSS.
  • par téléphonie satellite au 32 ou 38 sur le réseau INMARSAT ou au +33 5 34 39 33 33.
  • par Télex au 32 ou 38.
  • par Fax au +33 5 61 77 24 11.

Si vous êtes en capacité de manœuvrer le bateau, dirigez-vous vers le port le plus proche après avoir prévenu les secours par le canal 16 de la VHF.

Feu à bord
Essayez d’éteindre avec l’extincteur approprié au type de feu. Mettez vos gilets de sauvetage et préparez-vous à abandonner le navire en sortant les éléments de survie (radeau). Donnez l’alerte par le canal 16 de la VHF.

Un homme à la mer
Criez « un homme à la mer », en précisant le bord où il se trouve. Première étape : ralentissez votre allure, lancez la bouée couronne et/ou la perche IOR, conservez en vue l’homme à la mer (ou la bouée), et si possible, pointez du doigt depuis le pataras.

Deuxième étape : mettez en route la fonction MOB du GPS (ou notez l’heure et la position). Préparez-vous à la manœuvre de récupération, démarrez le moteur en prenant garde aux éventuels bouts dans l’eau, envoyez un message d’urgence « MAYDAY ». Pensez à faire cesser les bruits à bord, notamment en cas de brume.

 

Source : fiche pratique réalisée en partenariat avec la Commission de la sécurité des consommateurs et l’Institut national de la consommation.

Mots clés :
Prévention Sécurité nautique Navigation

Document associé

Parez aux dangers en voilier ou sur un bateau à moteur
PDF  4505 Ko
Partager l'article :
Un instant SVP...