Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu
actualite-conseil

Evitez les coups de chaud !

Premières chaleurs, fortes chaleurs ou canicule sont un danger pour la santé. Rappel des précautions à prendre.


S’informer

Consultez les prévisions météorologiques. Météo France tient à jour une carte de vigilance qui intègre le risque de canicule.

Du 1er juin au 31 août, Canicule info service répondait à vos questions par téléphone (appel gratuit). 

Pour les personnes âgées et handicapées, inscrivez-vous au service d’accompagnement de votre commune. La loi oblige les maires à créer un registre permettant l’intervention ciblée des services sanitaires et sociaux en cas de déclenchement du plan d’alerte et d’urgence.

À Paris, enregistrez-vous par téléphone au 3975 (Service 0,06€/min + prix appel) ou par courrier. Lors des fortes chaleurs, les personnes recensées sont appelées par des agents mandatés par la ville pour s’assurer que tout va bien. 

Entourer les personnes fragiles ne dépend pas que des pouvoirs publics. Multipliez les contacts avec les personnes âgées, malades ou fragiles de votre famille ou de votre voisinage en période estivale.


Contacter les secours

Il existe plusieurs risques liés à la chaleur :

  • Epuisement. Symptômes : étourdissements, fatigue ou insomnies. Les personnes âgées sont les premières victimes d’épuisement lié à la chaleur. 
  • Insolation. Symptômes : brûlures cutanées, maux de tête, fièvre, somnolence, nausées, perte de connaissance. Les enfants sont les plus exposés au risque d’insolation. 
  • Coup de chaleur. C’est une poussée de fièvre suite à l’impossibilité pour le corps de réguler la température. Les personnes âgées, les travailleurs exerçant des métiers pénibles et les sportifs sont les plus touchés.

Si vous reconnaissez l’un de ces symptômes, placez la personne souffrante dans un endroit frais et faites lui boire de l’eau, du jus de fruit ou une boisson énergétique diluée. Pour une insolation ou un coup de chaleur, aspergez aussi d’eau froide, éventez ou donnez une douche froide.

Appelez votre médecin traitant ou de garde si la situation ne s’améliore pas au bout d’une heure ou si vous observez des convulsions. Vous pouvez également solliciter votre pharmacien.

En cas d’urgence, contactez le SAMU en composant le 15 ou les pompiers au 18. Enfin, le 112 est le numéro d’urgence unique européen.


Surveiller ses enfants

Quand le thermomètre s’affole, les enfants sont souvent davantage touchés que les adultes. Chez les plus jeunes, la pollution atmosphérique (ozone ou dioxyde de soufre par exemple) conjuguée à la chaleur provoque la toux, des essoufflements, des conjonctivites, des rhinites, voire des malaises.

Si votre enfant est asthmatique, avertissez l’école, le centre de loisirs ou le club sportif afin d’éviter tout accident.

Vous êtes jeunes parents. À la maison, laissez le bébé en simple couche, notamment la nuit et pour les siestes.

En voiture, la température du corps d’un enfant augmente trois à cinq fois plus vite que celle d’un adulte. Face aux risques d’hyperthermie, deux conseils : emportez des quantités d’eau suffisante et ne laissez jamais l’enfant seul dans le véhicule.


S’hydrater et s’alimenter

Buvez à intervalles réguliers et avant d’avoir soif. En une journée, consommez entre 1 et 1,5 litre d’eau sauf prescription médicale contraire. Évitez l’alcool et les boissons riches en caféine ou en sucre. Mais aussi, les boissons et les aliments « glacés ».

  • Une personne âgée doit boire au minimum 8 verres par jour (800 ml) et au mieux entre 13 et 14 verres.
  • Un enfant doit boire toutes les heures de la journée, notamment de l’eau fraîche au réveil.
  • Un sportif doit boire 10 cl toutes les 10 minutes avant, pendant et après l’effort. Au cours de l’activité, l’eau minérale est enrichie avec du glucose ou du sodium. Après l’effort, ajoutez du sucre à l’eau. Si vous suivez un régime appauvri en sel, la prescription sera différente.

Les personnes âgées et les enfants n’apprécient pas toujours l’eau nature. Proposez alors des aliments solides riches en eau, sauf allergies spécifiques. 

Certains de ces aliments ont l’avantage de recharger en même temps l’organisme en sels minéraux. Au choix :

  • Thé ou café frais ;
  • Sirop dilué et jus de fruits ;
  • Fruits frais ou en compotes ;
  • Légumes verts ou en soupes froides ;
  • Yaourts ou fromage blanc ;
  • Sorbets.


Penser à se rafraîchir

Évitez les sorties entre 11 h et 21 h, aux heures les plus chaudes de la journée.
Si vous disposez d’une climatisation, réglez la température à 5°C en dessous de celle ambiante et restez à la maison, sauf impossibilité. Dans le cas contraire, passez au minimum deux ou trois heures par jour dans un endroit climatisé.

Fermez les fenêtres, les volets et les stores en journée. Inversement, ouvrez-les à partir de 2 heures du matin afin de créer des courants d’air. Réduisez les sources d’énergie artificielles en éteignant les appareils électriques et les éclairages inutiles.

À l’extérieur, portez un chapeau. Préférez des vêtements légers – notamment en coton et en lin -, amples ou de couleurs claires.
Prenez régulièrement des douches ou des bains frais, sans vous sécher.


Conserver aliments et médicaments

Faire ses courses par fortes chaleurs ou conserver ses aliments à température ambiante devient plus difficile. Le risque de rupture de la chaîne du froid est plus important. Limitez le temps séparant l’achat et l’entreposage au domicile et/ou la consommation des denrées.

Renseignez-vous  auprès de votre pharmacien sur la conservation des médicaments. Respectez les mentions tels que « médicaments à conserver entre +2° et +8° C ». Par ailleurs, l’aspirine est contre-indiquée si vous êtes victime d’un coup de chaleur.

 

Source : Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé.

Mots clés :
Mutuelle Santé / Prévoyance Ma vie de famille Santé Ma retraite
Partager l'article :
Un instant SVP...