Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Construire dans une zone de sécheresse

Le diagnostic du terrain et les règles de construction limiteront fissurations, et ruptures de canalisations.

Si votre maison est déjà construite, vous pouvez encore agir dans trois domaines

  • Vérifiez le bon fonctionnement du réseau de drainage des eaux. Consultez un professionnel avant d’en modifier la structure. 
  • Abattez les arbres à proximité du logement. Créez un mur anti-racines. Élaguez la végétation au maximum.
  • Vérifiez l’étanchéité des réseaux d’arrivée et d’évacuation des eaux et réparez les éventuelles fuites. Créez un dispositif d’évacuation des eaux pluviales.

Diagnostic du terrain

Faites vérifier le sol sur lequel la construction va s’édifier. Ce travail est réalisé par un professionnel qui examinera :

  • le contexte géologique et hydrogéologique local ;
  • la nature du sol par l’analyse de prélèvements ;
  • la végétation environnante ;
  • la circulation des eaux superficielles et souterraine.

Si le sol est sensible à la sécheresse, quatre précautions sont à prendre :

  • stabilisation de la teneur en eau du sol ;
  • pré-humidification du sol pour éviter le gonflement ultérieur ;
  • adaptation de la structure aux sollicitations attendues ;
  • application de contraintes importantes sur le projet.

Règles de construction

Limiter les variations d’humidité :

  • encastrez les fondations. Au minimum : 1,20 m pour les bâtiments sans sous-sol et 80 cm pour les bâtiments avec sous-sol complet.
  • éloignez les arbres de la construction. La distance est égale au minimum à 1,5 fois la hauteur de l’arbre ;
  • installez un système de drainage des eaux.

Adapter la structure :

  • sur un terrain en pente, évitez les sous-sols enterrés sur un côté de la façade et à la surface de l’autre ;
  • veillez à l’étanchéité des conduits ;
  • chaînez les constructions et multipliez les joints complets ;
  • utilisez un matériau compressible – carton alvéolé ou polystyrène - sous les longrines (poutres) enterrées.

Tenir compte des pentes naturelles :

  • respectez la même profondeur d’ancrage pour les fondations amont et aval ;
  • évitez de construire des bâtiments trop légers ;
  • prévoyez un système de maîtrise des écoulements superficiels et souterrains.

Construction existantes

Si votre maison est déjà construite, vous pouvez encore agir dans trois domaines

  • Vérifiez le bon fonctionnement du réseau de drainage des eaux. Consultez un professionnel avant d’en modifier la structure. 
  • Abattez les arbres à proximité du logement. Créez un mur anti-racines. Élaguez la végétation au maximum.
  • Vérifiez l’étanchéité des réseaux d’arrivée et d’évacuation des eaux et réparez les éventuelles fuites. Créez un dispositif d’évacuation des eaux pluviales.
Mots clés :
Habitation Risques naturels Mon logement
Partager l'article :
Un instant SVP...