Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Deux-roues : rouler en sécurité

En deux-roues motorisé, vous êtes vulnérable. Il est important de bien vous équiper et d’adopter un comportement prudent sur la route.

En 2009, les utilisateurs de deux-roues motorisés représentent un quart des personnes tuées sur les routes. Pourtant, ils ne sont à l’origine que de 2% du trafic. La prudence est donc de mise.


S’équiper

En deux-roues motorisé, vos vêtements et accessoires sont vos seules protections en cas d’accident. Quelle que soit la météo, portez toujours :

  • un casque homologué, correspondant à votre morphologie, de préférence intégral, ajusté, bien attaché et en bon état. Ne collez rien sur votre casque. Remplacez-le tous les 5 à 7 ans – l’usure, le soleil et les intempéries altèrent les qualités de la coque – ou suite à un choc
  • des vêtements épais et résistants, couvrant au maximum vos bras et vos jambes – combinaison intégrale, en cuir, avec renforts aux épaules, aux coudes, aux genoux et dans le dos
  • des gants, de préférence en cuir, avec un bon serrage au poignet pour une bonne étanchéité
  • des chaussures, de préférence montantes et en cuir.
  • Protégez vos yeux contre les insectes et les gravillons. Par exemple, si vous portez un casque jet ou bol, optez pour des lunettes très résistantes.

N’oubliez pas que votre passager est aussi vulnérable que vous. Il doit lui aussi se protéger.


Respecter les règles

Pour conduire votre deux-roues motorisé, vous devez disposer de toutes vos capacités et évidemment ne pas être sous l’influence de l’alcool, de drogues ou de médicaments.


Surveillez en permanence

  • votre vitesse
  • vos distances de sécurité
  • l’état de la chaussée, notamment la présence de feuilles mortes, des marquages au sol, des gravillons qui sont glissants
  • les comportements des autres usagers, que vous devez anticiper

Vous êtes peu visible alors :

  • allumez obligatoirement vos feux
  • ne vous faufilez pas entre les voitures et ne remontez pas les files
  • ne changez pas brusquement de file ou de direction
  • ne doublez pas par la droite
  • utilisez systématiquement vos clignotants pour permettre aux automobilistes d’anticiper vos changements de direction

Les pneus et le système de freinage sont adaptés à la cylindrée du deux-roues. En débridant le moteur, le cyclomoteur devient un objet roulant incontrôlable ! Cette pratique est interdite par la loi. En cas d’accident, vous prenez le risque de ne pas être assuré et, en cas de contrôle, votre engin sera immobilisé ou confisqué.

Enfin, si vous emmenez un passager, assurez-vous que vous maîtrisez suffisamment la conduite pour le faire et reportez-vous à la carte grise pour vérifier que vous y êtes autorisé.


Entretenir son deux roues

Contrôlez régulièrement :

  • l’état et la pression des pneus
  • l'huile de fourche, la tension de la chaîne, les plaquettes et le liquide de freins
  • le fonctionnement des éclairages et clignotants
  • la batterie – inactivité, trajets courts et éclairage nuisent à son efficacité
  • la propreté des rétroviseurs, des feux et des dispositifs réfléchissants latéraux et arrière


Partir en vacances

Prenez rendez-vous avec votre garagiste habituel pour une révision avant de partir en vacances. Sinon, contrôlez vous-même les équipements.

Préparez votre itinéraire
Circulez les jours les moins chargés en trafic. Par exemple, la veille ou le lendemain d'un jour classé « noir ».

Dormez correctement les nuits précédant votre voyage. Et ne partez pas après une journée de travail sans vous être reposé.

Alimentez-vous sainement
Le jour du départ, prenez un petit-déjeuner léger.

Sur le trajet, hydratez vous régulièrement – au moins 1,5 litre d’eau par jour. Et surtout, faites des pauses de 10 à 20 minutes toutes les 2 heures.


Idées fausses

« Mon cyclo est très maniable, j’évite les obstacles sans problème. » Peut-être, mais tout accident en deux-roues motorisé est un accident corporel. En cas de choc ou de chute, vous êtes directement exposé, sans carrosserie pour vous protéger.

« Je ne risque rien, mon cyclo plafonne à 45 km/h. » Une collision à faible vitesse peut être fatale. Un choc à 45 km/h équivaut à une chute du troisième étage, soit environ 10 mètres

« Ma moto a de la reprise, et un bon système de freinage, je ne risque pas grand-chose. » Avec une conduite nerveuse et rapide, vous perdez la capacité d’anticiper vos manœuvres et celles des autres usagers.

Mots clés :
2 roues Sécurité routière Prévention

Document associé

Deux-roues motorisés, vous êtes vulnérables, apprenez à vous protéger
PDF  326 Ko

Partager l'article :

Un instant SVP...