Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Inondation : comment se préparer

Si vous habitez en zone à risque, il est essentiel de vous préparer. Organisation et aménagement peuvent limiter les dégâts.

Ces conseils sont donnés à titre indicatif et ne sauraient engager une responsabilité quelconque de la Macif. Chaque cas étant particulier, certaines recommandations doivent être adaptées à votre situation.

Source : les Editions des Pompiers de France

Se renseigner

Si votre commune est dotée d’un Plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) ou si elle dispose de documents de prévention, des informations détaillées sont disponibles à votre mairie.
Vous pouvez aussi consulter le catalogue des mesures de prévention des risques d’inondation en préfecture ou à la Direction départementale de l’équipement (DDE). Des informations sont également disponibles auprès des pompiers et de la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DDAF). 
Il vous sera ainsi possible d’apprendre si l’exposition de votre logement :

  • à des crues lentes ou de plaine, qui laissent le temps de s’organiser un minimum, mais qui peuvent durer plusieurs jours à plusieurs semaines ;
  • des crues torrentielles, qui sont très rapides et violentes, mais généralement de courte durée. 

Renseignez-vous également auprès de vos voisins, notamment les personnes âgées sur :

  • la date et la durée de l’évènement ;
  • la hauteur d’eau maximale atteinte ;
  • les dommages causés ;
  • les mesures et précautions prises suite à l’évènement.

Vous pourrez transmettre ces informations aux artisans, si vous souhaitez faire appel à eux pour réduire la vulnérabilité de votre logement. Et conservez une liste des contacts qui peuvent vous fournir des informations de prévention et des prestataires que vous  pourrez consulter.

Adapter son habitat

Des mesures prioritaires à faible coût aident à neutraliser la pénétration de l’eau :

  • une ventilation et des évents adaptés ;
  • des canalisations dotées de clapet anti-refoulement ;
  • des batardeaux sur les portes, portes-fenêtres et fenêtres de sous-sol ;
  • un démontage des volets.

D’autres équipements peuvent être mis en place. Deux types de drains assurent une baisse plus rapide du niveau de l’eau dans le sol : la canalisation drainante et la tranchée drainante.
Pour le chauffage, placez la chaudière et les centrales de ventilation hors d’atteinte d’eau. Scellez la chaudière sur appuis lestés et remontez l’évent au-dessus du niveau d’eau maximum constaté. 
Pour l’installation électrique, prévoyez un réseau de distribution venant du plafond vers les prises de courant placées à hauteur adaptée. Equipez-vous d’un groupe électrogène. Attention, il est impératif d’aérer le local où se situe le groupe électrogène, afin de limiter les risques d’intoxication au monoxyde de carbone. Vérifiez également l’étanchéité des raccordements eau, gaz et téléphone.
Pour l’isolation, choisissez des matériaux hydrofuges. Posez des revêtements de sol synthétiques hydrofuges et collés ou du carrelage. 
Si vous construisez une serre ou véranda, murez la surface située dans l’axe du courant. Attachez vos meubles de jardin sur des socles lestés. 
Toutes ces suggestions techniques doivent chacune être envisagée avec un professionnel compétent, au cas par cas et selon le risque d’inondation de la zone d’habitation.
Pour consulter en images les installations possibles, télécharger le guide « prévoir l’inondation », ci-contre.

Aménager une zone de survie

Si votre habitation est exposée à des crues rapides ou torrentielles, il peut être intéressant d’aménager une zone de survie. Elle doit être située au-dessus du niveau de la plus haute crue constatée. Par exemple, les combles, un grenier ou au-dessus d’un garage.
Prévoyez une fenêtre ou une trappe dans le toit pour une évacuation éventuelle. Attention, une modification des ouvertures de façade peut nécessiter un permis de construire. 
Prévoyez un tissu de couleur vive pour vous signaler, ainsi qu’une longue corde à laquelle vous pourrez vous attacher après l’avoir fixée solidement à un élément résistant (Consulter en images les installations possibles en téléchargeant le guide « prévoir l’inondation », ci-contre).
Entreposez dans la zone de survie quelques objets indispensables

  • un groupe électrogène. Attention, aérez le local pour limiter les risques d’intoxication au monoxyde de carbone ;
  • des aliments de longue conservation et énergétiques (sucre, chocolat, briques de lait, bouteilles d’eau) ;
  • des appareils électriques  pour chauffer vos aliments ;
  • une lampe torche. Si vous êtes isolés, pensez aux torches électriques clignotantes pour signaler votre présence ;
  • des vêtements chauds et des couvertures de survie ;
  • un matelas gonflable ;
  • une radio à piles pour rester informé des événements et consignes de secours ;
  • un téléphone portable toujours chargé ;
  • une embarcation, le cas échéant ;
  • de quoi nettoyer après l’inondation : serpillières, raclettes en caoutchouc… 

Vous compléterez cette liste en fonction de votre situation personnelle, de la place et des moyens dont vous disposez.

Préparer le matériel

Tenez en réserve les objets ou matériaux utiles en période d’inondation : 

  • cordes, leviers, diable pour déplacer les objets lourds ;
  • sacs plastiques et bâches pour emballer les objets craignant l’humidité ;
  • parpaings, briques, sable, ciment ou plâtre, pour murer les ouvertures ;
  • basses, madriers, planches, pour diminuer la pression de l’eau sur les ouvertures.

Prévoyez également quelques sacs de sable pour retarder l’écoulement de l’eau à l’intérieur de votre domicile. Mais ceux-ci ne seront efficaces qu’en cas de crue lente. 

Abriter les biens

La meilleure façon de subir le moins de dommages possible est de ne rien laisser à hauteur de portée d’eau. Pour cela posez-vous les questions suivantes : l’objet est-il de première nécessite ? Est-il de valeur ? Craint-il l’humidité ? Si oui, mettez le hors d’atteinte de l’eau et à portée de votre zone de survie.
Votre voiture doit pouvoir être dégagée en toutes circonstances. 
Par ailleurs, mettez hors d’atteinte des inondations : 

  • le mobilier et les biens fragiles ;
  • les matières polluantes ;
  • les dépôts de matières en vrac, difficiles à déplacer ;
  • les produits flottants qui pourraient se disperser.

Portez une attention particulière aux documents :

  • d’identité : permis de conduire, carte d’identité, livret de famille, passeport… 
  • de santé : carnets de santé
  • de paiements : titres de paiement
  • immobiliers : actes notariés, contrat d’assurance avec avis d’échéance. 

Conservez les documents

Le dialogue avec l’assureur est toujours plus facile si vous avez pris la précaution de conserver les factures des biens endommagés. Relevez le type et les numéros de série de vos appareils et joignez-les aux factures. 
Pensez à prendre des photos de votre habitation à l’intérieur et à l’extérieur. Photographiez aussi les biens mobiliers en gros plan et en situation. Elles démontreront votre bonne foi et l’état des objets avant le sinistre.
Si vous entreprenez des travaux pour réduire la vulnérabilité de votre habitat, gardez-en soigneusement la trace, cela valorise votre bien en cas de vente.

Mots clés :
Risques naturels Habitation Mon logement Sécurité nautique
Partager l'article :
Un instant SVP...