Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Le casque de vélo : pourquoi, comment

Le casque est le moyen de protection le plus efficace en cas d’accident à vélo. Ne négligez pas son achat !

Equiper son vélo

Chaque année, plus de 3,5 millions de cycles sont vendus en France. Mais, l’achat du casque est souvent négligé.
Sur un vélo, les équipements obligatoires sont :

  • les deux freins, avant et arrière ;
  • les dispositifs réfléchissants rouge à l’arrière, blanc à l’avant et orange sur les cotés et au niveau des pédales ;
  • l’avertisseur sonore ;
  • le feu avant jaune ou blanc et le feu arrière rouge.

Il est également recommandé de :

  • porter un casque ;
  • surveiller l’état des pneus ;
  • porter des vêtements de couleur ou un brassard réfléchissant ;
  • équiper son vélo d’un écarteur de danger.


Pourquoi porter un casque

En ville ou à la campagne, en bord de mer ou la montagne, le cycliste est un usager vulnérable. Pas de pare-chocs, pas de ceinture de sécurité. À vélo, les méthodes de protection sont spécifiques.
Le port casque est vivement conseillé – surtout auprès des enfants de moins de 11 ans –, même si contrairement à l’Espagne, la législation française ne le rend pas encore obligatoire. En revanche, un cycliste roulant de nuit hors agglomération a l’obligation de porter un gilet rétroréfléchissant.

Le port du casque réduit de 85 % le risque de traumatisme crânien. Comme le rappelle Bertrand Thélot, docteur à l’Institut de veille sanitaire : « En cas de chute, c’est la tête qui prend en premier ». L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé constate que la tête est touchée dans 38 % des accidents. Ce ratio atteint 55 % chez les enfants de moins de 5 ans et 48 % chez ceux de 5 à 10 ans.
Pour rappel, le vélo est le seul mode de transport routier grand public où la mortalité a progressé en 2008. En cause : une augmentation du nombre d’utilisateurs, surtout en milieu urbain. Or, les nouveaux usagers ne sont pas toujours au fait des règles de sécurité.


Choisir son casque

Le casque est composé de trois éléments :

  • une calotte extérieure pour répartir les forces en cas de choc ;
  • un rembourrage protecteur pour absorber l’énergie ainsi que l’impact ;
  • un rembourrage interne de confort.

Seuls les casques portant l’estampille EN 1078 sont efficaces pour la pratique du vélo, du roller et du skateboard. Doit figurer sur la calotte : la taille, le poids en grammes, la marque commerciale, l’année et le mois de fabrication.

En magasin, prenez le temps d’essayer le casque. Il doit :

  • protéger le front, les tempes, le haut et l’arrière de la tête ;
  • être facile à positionner et à enlever ;
  • être léger, bien ventilé, confortable et coloré pour être bien vu des autres usagers ;
  • ne pas limiter le champ de vision et permettre le port des lunettes;
  • ne pas perturber l’audition.


Utiliser son casque

Selon la Commission de la sécurité des consommateurs, la moitié des porteurs de casques serrent trop ou pas assez les jugulaires. En pratique, la sangle doit être attachée de manière à être tendue.
Par ailleurs, il est conseillé de :

  • ne pas appliquer de peinture et ne pas apposer d’autocollants, hormis un numéro d’urgence s’il s’agit d’un enfant ;
  • ne pas nettoyer le casque au moyen de solvants ou d’hydrocarbures ;
  • remplacer le casque après un choc important, même en l’absence d’un dommage visible.


Protéger les enfants

Il faut habituer votre enfant à porter le casque le plus tôt possible et d’abord lorsque vous retirez les petites roues ou lors de l’achat d’un nouveau vélo.
N’oubliez jamais le casque pour les enfants installés sur les sièges fixés à l’arrière du vélo. L’article R431-11 du Code la Route précise que « le siège du passager doit être muni soit d'une courroie d'attache, soit d'au moins une poignée et de deux repose-pieds ».
Pour les enfants âgés de moins de cinq ans, l'utilisation d'un siège conçu à cet effet et muni d'un système de retenue est obligatoire. Le conducteur doit s'assurer que les pieds des enfants ne peuvent être entraînés entre les parties fixes et les parties mobiles du véhicule.

Mots clés :
Sécurité routière Prévention

Partager l'article :

Un instant SVP...