Aller au menu Aller à la recherche Aller au contenu

Médicaments : être vigilant au volant

La prise de médicaments peut se révéler aussi dangereuse que la consommation d’alcool ou l’excès de vitesse.

 

Identifier les risques

On oublie que malgré leurs bienfaits, les médicaments peuvent présenter des risques, notamment pour la conduite :

  • baisse de la vigilance
  • somnolence ou endormissement
  • vertiges
  • étourdissements ou perte de connaissance
  • troubles visuels ou auditifs
  • modification des comportements et des réflexes

Parallèlement aux médicaments, la fièvre, les douleurs, les maux de tête ou encore la fatigue peuvent eux-mêmes avoir une influence sur votre capacité à conduire.

Associé à l’alcool, les effets des médicaments s’amplifient. Évitez ce cocktail explosif !

 

S’informer

Les médicaments prescrits contre l’anxiété, la dépression ou les troubles du sommeil diminuent la vigilance.

Ceux utilisés couramment contre le rhume, la toux, les nausées ou des douleurs passagères peuvent aussi altérer notre aptitude à la conduite. Plus de 2 500 médicaments ont des effets secondaires connus.

Vérifiez les emballages. Ils comportent un pictogramme : il informe sur la compatibilité du médicament avec la conduite d’un véhicule. Ce pictogramme est décliné en trois couleurs, en fonction du degré de risque.

Attention, demandez toujours l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien, surtout si vous prenez plusieurs médicaments simultanément. La notice et l’emballage vous informent sur les effets de la prise d’un seul médicament, mais pas des effets de plusieurs médicaments combinés.

Soyez prudent Ne pas conduire sans avoir lu la notice

Soyez très prudent Ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé

Attention, ne pas conduire Le médicament est incompatible avec la conduite. Pour la reprise de la conduite, demander l’avis d’un médecin.

 

Idées fausses

Ne vous laissez pas influencer par les idées fausses qui vous feront prendre des risques inutiles sur la route.

« C’est pas grave, j’ai juste un rhume ! » Un médicament pour soigner une maladie bénigne, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, peut être incompatible avec la conduite.

« Ça va, le médicament ne produit pas d’effets secondaires sur moi ! » Un médicament peut altérer votre aptitude à conduire, même si vous ne constatez pas d’effet visible sur votre comportement. De même, vous pouvez vous sentir en forme, sans pour autant disposer de toutes les ressources nécessaires pour rester totalement vigilant, concentré et éveillé.

« Si conduire en prenant mes médicaments était dangereux, mon médecin me l’aurait dit ! » Un médecin ou un pharmacien ne pensent pas forcément à vous informer des effets potentiels du traitement sur votre conduite automobile. Pensez toujours à poser la question.

 

Mots clés :
Véhicules
Partager l'article :
Un instant SVP...