Aller au menu Aller au contenu
L'actualité du groupe Macif

Incendie, intervention des pompiers : comment réagir ?

Que faire en cas d’incendie ? Contacter les secours, attendre l’intervention des pompiers en sécurité et, dans les jours qui suivent, prévenir son assureur pour bénéficier d’une indemnisation suite à un sinistre dû à un incendie : découvrez tous nos conseils pour savoir comment réagir en cas de départ de feu chez vous.

Incendie dans la maison ou l’appartement : que faire ?

Vous êtes confronté à une explosion dans votre appartement ? Vous faites face à votre maison qui brûle ? Plusieurs gestes s’imposent pour rester en sécurité en attendant l’intervention des pompiers.

Évacuer et contacter le centre d’incendie et de secours

En cas d’incendie, votre premier réflexe est de contacter le centre d’incendie et de secours en appelant le 18 ou le 112 depuis un téléphone portable. Si des panneaux photovoltaïques sont installés sur votre toiture, pensez - dans la mesure du possible - à l’indiquer au centre des secours. Dans cette situation, l’équipement des pompiers peut en effet nécessiter d’être adapté.

Si vous n'êtes pas en mesure d'éteindre le feu par vous-même, vous devez faire évacuer toutes les personnes du logement ainsi que les animaux. À ce titre, il est d'ailleurs conseillé de définir un plan d'évacuation au préalable, en établissant notamment quelle personne est chargée d'évacuer quel animal. Fermez ensuite la porte de la pièce en feu et, si vous pouvez y accéder sans risque, fermez le gaz et le disjoncteur électrique. Si vous habitez dans une copropriété, alertez les autres résidents de l'immeuble, et ce, au moyen de l’alarme incendie par exemple. Évacuez les lieux par les escaliers, et non par l'ascenseur, avant d’attendre l'intervention des pompiers.

Bon à savoir : dans le cas d’un immeuble collectif, le syndic de copropriété doit veiller à ce qu’un plan du bâtiment soit affiché à chaque entrée afin de faciliter l’intervention et l’accès des pompiers dans la copropriété. Il doit représenter le sous-sol, le rez-de-chaussée et l'étage courant ou l'ensemble des étages. Ce plan prend la forme d'une pancarte inaltérable et doit indiquer plusieurs éléments :

  • les dégagements et les cloisons ;
  • les locaux techniques et leur potentiel risque ;
  • les commandes de sécurité ;
  • les organes de sécurité pour couper les sources d'énergie et les fluides ;
  • les alarmes et les solutions d'extinction fixes.

Évacuation impossible : attendre l’intervention des pompiers

Si l'incendie vous empêche de sortir, notamment s’il s'est déclaré dans un autre logement ou dans les parties communes, ne cherchez pas à quitter les lieux à tout prix. Commencez par avertir les pompiers de l’incendie en appelant le 18 ou le 112 depuis un téléphone portable. 

Ensuite, vous devez rester chez vous et vous protéger contre l’inhalation des fumées. Pour cela, fermez la porte du logement, mouillez-la et utilisez un linge humide pour la calfeutrer. En attendant l’intervention des pompiers, positionnez-vous à la fenêtre afin que les secours soient en mesure de vous repérer lors de leur arrivée sur les lieux. Laissez cependant la fenêtre fermée afin d'éviter tout éventuel appel d'air qui pourrait attiser le feu. Pensez également à vous couvrir la bouche et le nez avec un linge humide.

Quelles démarches après l'incendie d’une maison ?

Plusieurs démarches s’imposent après l’incendie de sa maison ou de son appartement. Quelles que soient les circonstances du sinistre, vous devez prévenir votre assureur dans le délai prévu par votre contrat. À ce titre, notez que ce délai ne peut être inférieur à 5 jours ouvrés suivant l'incendie. Dans votre déclaration du sinistre dû à l’incendie, il faudra indiquer plusieurs informations :

  • l'identité de l'assuré (nom et numéro de contrat) ;
  • la date de l'incendie ;
  • les causes de l'incendie ;
  • l'étendue des dégâts et une première estimation de leur coût.

Il est également nécessaire de fournir la preuve des dommages. Si vous le pouvez, il est donc préférable de ne jeter aucun objet brûlé et de rassembler tout ce qui peut constituer une preuve de la valeur de vos biens : photos, factures, bons de garantie, etc. L’ensemble de ces éléments devra être remis à l’expert en incendies envoyé par l’assureur et dont la mission est d’évaluer les dommages et le montant de l’indemnisation.
 

L’indemnisation suite à un sinistre incendie

Votre assurance habitation peut intervenir en cas d’incendie de la maison ou de l’appartement. Néanmoins, les conditions d’indemnisation suite à un sinistre dû à un incendie varient souvent d’un contrat à l’autre. D’où l’importance de bien vérifier vos garanties.

Incendie : les dommages garantis par l’assurance habitation

Suite à un incendie, l’assurance habitation peut prendre en charge un certain nombre de dégâts. 

À la Macif par exemple, l’Assurance Habitation Résidence Principale en formule Protectrice vous couvre en cas d'incendie, d'explosion ou d'implosion. Suite au sinistre dû à l’incendie, l’assurance peut vous indemniser pour (1) :

  • les dommages occasionnés par les fumées (si elles sont dues à un événement accidentel) ;
  • les dommages occasionnés par les pompiers. Les dégâts dus à l’intervention des pompiers peuvent notamment concerner une porte ou une serrure forcée ;
  • les frais résultant des mesures de sauvetage ou de protection ;
  • le remboursement, sans déduction de franchise, des recharges d'extincteur utilisées pour lutter contre l'incendie, vous permettant de ne pas avoir à assumer le prix de l’extincteur.

Intervention des pompiers : payante ou gratuite ?

L’intervention des pompiers en cas d’incendie est gratuite, dans la mesure où des victimes se trouvent en situation de péril. Comme le rappelle l'article L. 1424-2 du Code Général des Collectivités Territoriales, le rôle du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) est d'assurer « la prévention et l'évaluation des risques de sécurité civile ; la préparation des mesures de sauvegarde et l'organisation des moyens de secours ; la protection des personnes, des biens et de l'environnement et les secours d'urgence aux personnes victimes d'accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation ».

Si les interventions ne concernent pas directement ces missions, les personnes qui en ont fait la demande peuvent se voir imposer une participation aux frais. L’intervention des pompiers peut donc être payante lorsqu’elle ne revêt pas un caractère d'urgence. Cela concerne notamment :

  • la destruction d'un nid de guêpes ne présentant aucun danger immédiat ;
  • l'ouverture d'une porte bloquée alors qu'il n'y a pas de situation de péril ;
  • l'ouverture d'un ascenseur bloqué pour délivrer une personne ne se trouvant pas en situation d'urgence.

Bon à savoir : dans le cas d'une intervention payante, les prestations d’assistance prévues par votre assurance habitation peuvent éventuellement être mises en œuvre, selon les situations et dans les conditions et limites fixées au contrat.

 


(1) Dans les conditions et limites prévues au contrat.
 

Mots clés :
Partager l'article :
Un instant SVP...