Logo Mon espace Assurance-vie Logo Mon espace Assurance-vie
Offres Macif

Patrimoine & expertise

SEtavard.jpg

Baisse des taux : c’est grave docteur ?

Les taux bas sont une réalité depuis une quinzaine d’années et la situation ne semble pas en passe d’évoluer. Cette baisse des taux impacte de fait les supports assurance-vie en euros qui voient leur rendement s’éroder d’année en année.
Sacha Etavard, conseiller patrimonial, décrypte le phénomène et vous donne les pistes pour préserver la performance, et agir au mieux avec votre contrat.

 

Comment expliquer la baisse des taux ?

Les banques centrales, à l’instar de la FED pour les Etats-Unis ou la BCE en Union Européenne, jouent un rôle fondamental pour expliquer ces taux d’intérêt historiquement bas. En effet, une de leurs principales missions consiste à gérer la monnaie en circulation afin de maîtriser l’inflation. Concrètement, les banques centrales assurent depuis plusieurs années une politique monétaire accommodante visant à relancer la consommation et les investissements, donc la croissance. Cette politique passe par l’application de taux directeurs extrêmement bas (taux appliqués aux banques commerciales), qui sont directement corrélés aux taux d’emprunt des particuliers et donc au rendement de l’épargne. L’équation est simple : taux d’emprunt bas = rendement de l’épargne faible.

 

Quel est le lien entre taux bas et érosion du rendement pour l’épargne investie sur un fonds en euros ?

Afin d’assurer à leurs adhérents la liquidité de leur épargne, les compagnies d’assurances doivent investir dans des actifs peu risqués et par conséquent peu rémunérateurs. C’est le cas des obligations souveraines et des obligations d'entreprises privées de bonne qualité, sur lesquelles sont majoritairement investis les fonds en euros. Ce type de placement permet de ne pas subir les aléas des marchés financiers et de percevoir des revenus réguliers selon une échéance plus ou moins longue. Dans le portefeuille d’allocation du fonds euros, on retrouve des anciennes obligations souscrites par le passé à des taux élevés qui assurent chaque année un rendement (dit coupon) régulier avec une bonne performance. Arrivant à échéance, celles-ci sont remplacées par de nouvelles obligations qui aujourd’hui délivrent un rendement très faible, d’où la baisse des fonds euros.

 

Quels conseils donneriez-vous à nos adhérents dans ce contexte de taux bas ?

Aujourd’hui, le paradigme propre au fonds euros « sécurité + liquidité + performance » appartient au passé, et seules les 2 premières notions restent vraies. Heureusement, l’assurance-vie est un produit souple qui permet de dynamiser son épargne selon ses souhaits et ses objectifs, grâce aux contrats multisupports. Que ce soit de manière indépendante via la gestion libre ou de manière automatique avec la gestion pilotée, vous pouvez adapter la proportion d’unités de compte de votre contrat selon vos souhaits et votre profil d’investisseur. Et même si votre contrat multisupport est investi 100 % sur le fonds en euros, vous avez la possibilité de réaliser un arbitrage pour en allouer une partie en unités de compte. L’idéal est d’investir sur différents supports afin d’atténuer le risque en cas de fluctuation des marchés financiers. Et gardez toujours à l’esprit qu’investir votre épargne de manière progressive reste un moyen très efficace de lisser son investissement dans le temps et de diluer la prise de risque.

 

Au-delà du rendement, pourquoi l’assurance-vie reste-t-elle intéressante ?

N’oublions pas que l’assurance-vie n’est pas uniquement dédiée à l’épargne et au rendement. Elle est aussi un outil incontournable pour optimiser la transmission d’un capital à ses bénéficiaires. [Voir encadré] Autre point important, comme pour tout produit d’épargne, les sommes versées sur votre assurance-vie restent disponibles à tout moment. Lors d’un retrait (appelé rachat en assurance-vie), celui-ci est constitué d’une partie de capital et d’une partie d’intérêts, qui sont les seuls à être fiscalisés. Sachez enfin qu’au-delà de 8 ans d’ancienneté, vous profitez d’un abattement sur la part d’intérêts retirés (4 600 € pour une personne/ 9 200 € pour un couple.)

Transmission et fiscalité, 2 atouts majeurs de l’assurance-vie

Outre le conjoint et le partenaire de PACS, qui sont totalement exonérés depuis la loi TEPA de 2007, chacun de vos bénéficiaires se voit octroyer sur un contrat d’assurance-vie un abattement de 152 500 €, pour les versements réalisés avant l’âge de 70 ans.
L’assurance-vie reste intéressante même si vous versez après l’âge de 70 ans, puisque l’ensemble des bénéficiaires se partageront un abattement de 30 500 € pour le capital, les intérêts générés liés à ces versements étant totalement exonérés dans la plupart des cas.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les placements en unités de compte permettent de profiter du potentiel de performance des marchés financiers. Le capital investi et les performances ne sont pas garantis et il existe un risque de perte en capital pris en charge par l’épargnant.