21.12.2010 PME/TPE

Comment s’assurer comme un pro

Assurance dommages, prévoyance, santé, retraite… les PME bénéficient de solutions sur mesure et simples d’accès. Des produits à adopter au fur et à mesure du développement de votre entreprise.

Garanties adaptées aux nouveaux métiers et aux nouveaux statuts, prise en compte des risques techniques (bases de données, matériel informatique, etc.), complémentaire santé et solutions d’épargne salariale permettant de fidéliser les collaborateurs, l’offre d’assurance s’est considérablement étoffée. Si vous êtes commerçant, indépendant, dirigeant d’une PME ou d’une TPE, adaptez vos contrats au fur et à mesure du développement de votre activité.

Protéger ses biens et son activité

Pensez à bien s’assurer… L’assurance des locaux et celle des véhicules sont indispensables. Quant aux dommages subis par le matériel ou les stocks, ils peuvent s’avérer fatals aux jeunes structures. Il est donc recommandé de ne pas rechigner sur un poste de dépense par ailleurs maîtrisable, la tarification étant proportionnée aux actifs de l’entreprise. Si vous désirez souscrire un contrat d’assurance dommages, l’offre packagée avec des garanties optionnelles est la formule la plus courante, mais aussi la plus pratique à l’usage.

Penser à ses collaborateurs et à soi

Votre entreprise se développe. Commencez par améliorer la protection des locaux et des biens professionnels. Par exemple, des contrats prennent en charge les frais de reconstitution des bases de données clients. Surtout, ne négligez pas votre protection sociale et celle de vos collaborateurs. Pensez-y : un salarié bien couvert est un salarié fidèle. Et quand il faut attirer un talent, un dispositif d’épargne salariale et une complémentaire santé sont des arguments susceptibles de séduire un candidat. Reste que les petites structures sont parfois mal loties. Et pour cause : les contrats collectifs ont été créés à l’origine pour des entreprises au minimum de taille moyenne. Des assureurs commencent néanmoins à développer des offres spécifiques.

Préparer l’avenir

Votre entreprise est de moins en moins petite… Vous avez alors les arguments pour négocier des contrats collectifs sur mesure ou presque. Dès le premier salarié, vous pouvez mettre en place un Plan d’épargne entreprise ou interentreprises (PEE ou PEI), dont les sommes sont déblocables à partir de cinq ans, ou encore un Plan d’épargne retraite collectif (PERCO) afin de préparer votre retraite.

L’ouverture d’un contrat Madelin est un passage quasi obligé pour les indépendants et les commerçants pour se constituer un complément de retraite. Pour rappel, la loi Madelin du 11 février 1994, relative à l’initiative et à l’entreprise individuelle, offre la possibilité de déduire du bénéfice imposable – bénéfices non commerciaux (BNC) ou bénéfices industriels et commerciaux (BIC) – les cotisations versées chaque année en cas de constitution d’un complément de retraite par capitalisation ou de souscription de garanties de prévoyance et de complémentaire santé. Le régime fiscal de la protection sociale des entrepreneurs individuels se rapproche ainsi de celui des salariés.

Voir les autres articles
entreprises
Ressources Humaines
Carrière

<p>Rejoindre le groupe Macif, c&rsquo;est s&rsquo;engager dans un Groupe qui place les femmes et les hommes au c&oelig;ur de sa strat&eacute;gie de d&eacute;veloppement.</p>